+81-(0)43-379-0245

10 questions à se poser avant de venir étudier au Japon

Vous aimez le Japon et vous avez décidé que vous voulez vivre l’expérience à fond. Vous voulez partir au Japon, apprendre le japonais et [à vous de compléter].

Vivre dans un pays étranger est fascinant – c’est l’expérience d’une vie. Mais c’est aussi un chemin semé d’embûches et donc une grande décision à prendre.prepare-Skype-interview

Aller au Japon en vacances n’est pas exactement la même chose qu’aller vivre au Japon. Votre famille et vos amis vont-ils vous manquer ? Et la cuisine de chez vous ? Tout simplement vos habitudes et votre environnement ? Etes-vous prêt(e) à un dépaysement total ? Aurez-vous besoin de retourner dans votre pays de temps à autre (si oui, ajuster le budget en conséquence) ?

Bref, êtes-vous certain(e) de vouloir tenter l’aventure ? Oui ? Alors voici quelques questions à vous poser avant de partir.

 

1) En allant étudier au Japon, quel est votre objectif ? Que comptez-vous faire après votre programme de japonais ?

Définissez aussi clairement que possible vos objectifs. Même si les plans ne sont jamais respectés à la lettre, il est indispensable de démarrer avec une feuille de route. Première question essentielle : pourquoi aller au Japon ? Votre objectif justifie-t-il de partir 6 mois (le temps minimum pour atteindre un niveau correct dans la langue), 1 an ou plus (pour atteindre le niveau JLPT N2 recherché par les employeurs) au Japon ?

Seconde question : que comptez-vous faire après avoir appris la langue ? Rester au Japon et y travailler ? Si oui, aurez-vous un profil recherché par les entreprises japonaises ? Que faire pour être aussi attractif que possible sur le marché du travail ?

Assurez-vous de bien clarifier vos objectifs qui sont donc étroitement liés à la question suivante :

 

2) Combien de temps souhaitez-vous partir ?

Souvent, les jeunes qui nous contactent ne savent pas s’ils veulent postuler à un programme de 6 mois ou un an, ou plus. Nous parlons bien ici de vivre l’expérience du Japon – pas de vacances (moins de 3 mois, pas besoin de visa). 6 mois, un an voire un an et demi ou deux ans. Avec un visa d’étudiant, ces durées sont possibles.

Pour parler couramment le japonais, il faudra considérer rester au moins un an. En 6 mois vous pourrez acquérir de bonnes bases, suivre une discussion « basique » en japonais. Mais en général ce ne sera pas suffisant pour travailler dans une société japonaise. En réalité, la durée de votre séjour est tout simplement conditionnée par votre situation actuelle (combien de temps pouvez-vous vous permettre de quitter votre vie actuelle) et, comme nous venons de le voir, par vos objectifs.

Deux types de visas sont possibles. Lequel vous convient le mieux ?

 

3) Visa d’étudiant ou Working Holiday visa (Programme Vacances-Travail) ?

Les démarches pour le premier sont un peu plus compliquées, Working Holiday in Japantandis que le second vous apporte moins de stabilité. Alors lequel choisir ? Tout simplement : si votre démarche est d’apprendre sérieusement le japonais, préférez le visa d’étudiant. Dans les autres cas, le « PVT » suffira. Notez les différences entre ces deux types de visas :

. Toutes les écoles de japonais n’acceptent pas de PVT
. Il y a un « numerus clausus » (un nombre maximum) de visas PVT accordés par pays chaque année (en général cela ne pose pas de problèmes)
. Il y a aussi des conditions à respecter pour obtenir un visa PVT. Il faut notamment bien expliquer chaque étape de son séjour, budgeter et avoir le budget, et déjà avoir cherché du travail avant de partir … Moins compliqué que le visa d’étudiants, mais pas non plus « dans la poche ».
. Avec un visa d’étudiant, vous aurez plus de facilité pour trouver un « arubaito » (travail à temps partiel) parce que votre situation sera plus stable.

Pour résumer, pour des vacances de plus de 3 mois, choisissez le PVT – cela ne vous empêchera pas d’étudier le japonais dans une école. Mais si votre but est VRAIMENT d’ETUDIER le japonais, un visa d’étudiant est préférable. Et puisque nous parlons d’étudier sérieusement (ou pas) le japonais :

 

4) Avez-déjà quelques bases de japonais ?

Hiraganas, Katakanas, quelques kanjis, les salutations … Si vous aimez le Japon, peut-êtrekanji-word-study avez-vous déjà appris tout ça. Sinon, commencez à apprendre sans tarder ! C’est toujours une des premières choses que nous disons à nos futures étudiants. Connaitre les bases du japonais vous sera extrêmement utile, pour plusieurs raisons.

. Pour obtenir votre visa d’étudiant, il est possible que l’immigration japonaise vérifie si vous parlez au moins un peu le japonais. C’est un moyen pour eux de vérifier votre motivation.

. Les écoles sont de plus en plus exigeantes à ce sujet aussi. Si nous, occidentaux, sommes mieux lotis que les jeunes venant de pays en voie de développement, les écoles demandent parfois que leurs étudiants aient des bases. Les classes sont souvent remplies, alors elles se permettent d’être de plus en plus sélectives.

Au passage, précisons que les écoles demandent de plus en plus souvent aux postulants de passer un entretien sur Skype – alors sachez au moins saluer et dire « yoroshiku onegaishimasu » ^^.

. Connaitre un peu le japonais vous permettra d’intégrer un cours un peu plus avancé et donc d’atteindre vos objectifs plus vite. Certaines écoles ont beaucoup de niveaux (Beginner I, Beginner II, Intermediate I, Intermediate II etc …). Visez donc un cours plus avancé que « Beginner I » !

. Lorsque vous arriverez, vous serez plus à l’aise. やっぱり!

. Vous serez opérationnel(le) plus vite pour commencer à travailler à mi-temps (nous y revenons dans un instant).

Donc si vous voulez vraiment venir au Japon, n’attendez pas : commencez à apprendre les rudiments de la langue.

 

5) Avez-vous les ressources financières pour aller étudier au Japon ? (Si non, voir aussi question 6)

Vivre et étudier au Japon n’est pas aussi cher qu’on le croit souvent. Mais ça représente Student budget in Japanforcément un montant significatif pour beaucoup d’entre nous, et donc un minimum de prévisions. Etudier un an au Japon coûte entre 5.500€ et 6.000€, tout frais de scolarité inclus. Comptez la moitié pour 6 mois.

A cela, vous devez bien sûr ajouter le coût de la vie. Ce budget peut varier du simple au double. L’hébergement coûtera de 200€ à 500€ (ou plus) par mois. Le budget nourriture, 250€-350€. Tout cela dépend entre autres de la région où vous habiterez.

Si vous êtes débrouillard(e), votre budget mensuel sera en-dessous de 500€ (mais pas à Tokyo !). Et, comme la grande majorité des autres étudiants au Japon, vous travaillerez probablement à mi-temps. Ça couvrira vos frais, et probablement plus.

Quoiqu’il en soit, la préparation d’un projet tel que celui d’aller étudier au Japon 6 mois ou 1 an requiert quelques « prévisions budgétaires » (rien de moins !), et des économies. D’ailleurs, c’est quelque chose que l’immigration japonaise regardera de près. Par précaution, ils demandent aux étudiants d’avoir (eux ou leurs garants) des ressources dont vous n’aurez pas besoin, environ 100,000 ¥ (environ 800€). Non seulement voient-ils large, mais ils ne prennent pas en compte le fait que vous aurez l’opportunité de travailler, si nécessaire (vous trouverez des petits boulots facilement au Japon). Ce principe de précaution qu’on vous impose sera le plus gros obstacle pour l’organisation de votre projet?

Aussi, n’oubliez pas de compter les frais d’installation et le billet d’avion !

Résumons :

1. Préparez votre budget. C’est la moindre des choses lorsqu’on entreprend un tel projet. Un petit tableau excel et le tour est joué. Voici un exemple de tableau :

Budget-pour-étudier-au-Japon

Cliquez sur l’image pour ouvrir le tableau

Saisissez le budget pour chaque poste (loyer, charges, nourriture, sorties, divers). Comptez 1000 ¥ comme salaire horaire, indiquez le nombre d’heures que vous souhaitez* travailler par semaine, changez au besoin le taux de change du Yen. Et le tour est joué.

[* Oui, « souhaitez » est utilisé à bon escient car vous n’aurez aucun mal à trouver du travail, même ce seront souvent juste de « petits boulots »]

Dépenses à prévoir = Frais des études (environ 6.000€ pour un an) + Billet d’avion + Frais d’installation + X€ (budget mensuel) * Nombre de mois d’études

2. Préparez les documents (solde bancaire, fiche de paye …) du budget « virtuel » réclamé par l’immigration japonaise :

Budget = Frais des études (entre 5.500€ et 6.000€ pour un an) + 800€ * Nombre de mois d’études

Pour ce dernier point, la plupart de nos étudiants demandent à leurs parents de se porter garants. Cela ne les engage à rien. Il s’agit simplement de « rassurer » l’immigration japonaise que quelqu’un se préoccupe suffisamment d’eux pour ne pas les laisser dormir sous les ponts le cas échéant.

Pour un Working Holiday visa, les exigences seront moindre. Mais vous devrez toutefois justifier de ressources (voir question 3)) et soumettre un budget précis.

 

6) Aurez-vous besoin de travailler au Japon ?

Le visa d’étudiant au Japon vous permet d’étudier 28 heures par semaine. Et comme nous l’écrivions plus haut, il est facile de trouver des « arubaito » au Japon. Dès lors, c’est aussi votre choix ou une nécessité : allez-vous travailler ou non ?

Travailler au Japon permet bien entendu de mettre « de la sauce soja sur les makis » ^^. Mais c’est aussi un moyen d’améliorer son japonais, de découvrir le monde du travail au Japon et de créer ses réseaux. Ne négligez pas ce dernier point.

Même si votre arubaito consiste à être serveur dans un restaurant alors que votre formation est, par exemple, dans l’art graphique, vous apprendrez les règles fondamentales du travail au Japon, et vous rencontrerez des personnes qui pourront vous aider plus tard, ou tout simplement devenir des amis.

 

7) Quand partir ?

Les démarches pour obtenir un visa d’étudiant prennent du temps. Ca tombe bien, se préparer aussi.

En général les écoles proposent 4 sessions : Janvier, Avril, Juillet et Octobre. Beaucoup d’étudiants des écoles de japonais souhaitent intégrer une université japonaise après leur programme de japonais. C’est la raison pour laquelle les programmes proposés par les écoles se « calent » souvent sur l’année universitaire qui débute en Avril. Ainsi, démarrer un programme de longue durée en Octobre requiert de s’inscrire à un cour de 18 mois (1 an + 6 mois pour arriver à Avril de l’année suivante). Heureusement, beaucoup d’écoles s’adaptent de plus en plus aux objectifs des autres étudiants qui ont besoin de plus de flexibilité. Si vous voulez intégrer un programme d’un an qui démarrer en Octobre, cela sera possible … dans certaines écoles.  Notez aussi que les écoles font le plein de plus en plus tôt.

Tout considéré, il faudra donc vous y prendre de préférence environ 6 mois à l’avance ! Alors, quand désirez-vous partir ? … Et où ?

 

8) Dans quelle ville souhaitez-vous vivre au Japon ?

Mégalopole, grande ville ou petite ville (ce sera une ville de toute façon !). Dotonbori in OsakaUne position centrale dans l’archipel (pour voyager un peu partout) ou alors la suractivité de Tokyo. Des hivers doux avec des étés très chauds (Kyushu) ou des hivers rigoureux avec des étés doux (Hokkaido). Vous pouvez l’imaginer, vivre à Tokyo est une expérience différente que vivre à Kumamoto, par exemple. La vie urbaine et « speed » de Tokyo, ou le rythme plus proche de la nature et décontracté d’Okinawa … Voici quelques critères à considérer.

Vos objectifs détermineront aussi la ville de votre choix. Si par exemple vous comptez faire carrière dans l’informatique au Japon, Tokyo sera le meilleur choix. Vous aurez énormément d’opportunités là-bas. Si vous voulez étudier dans une université, le choix de celle-ci déterminera la ville où vous apprendrez le japonais.

Prenez donc le temps de vous documenter sur la ville qui vous conviendra le mieux. C’est un des critères les plus importants. Une fois la ville trouvée, reste à trouver l’école, et le logement.

 

9) Quelle école ?

Les programmes des écoles sont relativement similaires. Toutes proposent aussi des activités diverses, culturelles, artistiques, sportives. Mais vérifiez toutefois en détails ce qu’elles proposent. Par exemple, comme indiqué plus haut, certaines écoles proposent de nombreuses classes selon les niveaux. C’est l’assurance d’être placé dans un cours qui vous conviendra bien.

Le choix de votre école se fera aussi sur d’autres critères. (Pour voir la liste de nos écoles affiliées, cliquer ici).

Quelle taille ? Petite école à l’atmosphère familiale, pour un meilleur suivi des formateurs, de plus petits effectifs par classe, mais moins d’équipements dans l’école et moins de choix de classes par niveau ? Ou une école de plus grande dimension, où l’on se trouve forcément un peu plus noyé dans la masse, dans de plus grandes classes; mais où on sera placé dans une classe collant bien avec son niveau ?

Quelles sont les nationalités des étudiants ? Quelques écoles font leur promotion dans un seul pays. Une école aura donc une vaste majorité d’étudiants chinois, ou vietnamiens par exemples. La majorité des écoles auront toutefois une diversité d’étudiants … asiatiques (plus de 90% des étudiants étrangers au Japon viennent d’autres pays d’Asie). Si vous souhaitez être plus entouré(e) d’occidentaux, seules quelques écoles feront l’affaire.

Au final, c’est peut-être le choix de la ville qui limitera le choix de l’école. A vous de déterminer ce qui est prioritaire : la région, la ville ou vraiment l’école … ? Notez au passage que nos services sont totalement gratuits dès lors que vous vous inscrivez dans une de nos écoles affiliées. Si vous souhaitez intégrer une autre école tout en bénéficiant toujours de nos services, contactez-nous.

Maintenant que vous avez l’école, quel logement vous attend ?

 

10) Quel type de logement rechercher ?

Vous aurez de nombreuses options pour l’hébergement au Japon. Nous recommandons toujours aux étudiants de choisir la famille d’accueil. L’immersion est l’idéal pour progresser plus vite, tant au niveau de la langue que de la culture. Les familles d’accueil sont toujours triées sur le volet donc vous n’avez aucun souci à vous faire. Et le sens de l’hospitalité japonais n’est pas un cliché. Comptez au minimum environ 300€ par mois (en demi-pension).

Mais peut-être voulez-vous plus d’indépendance. Dans ce cas, vous aurez également l’opportunité de louer votre propre petit appartement. C’est évidemment la solution la plus chère (selon la ville, comptez au moins 550€ par mois).

Entre ces deux options, la co-location est l’hébergement le plus communément choisi par les étudiants. Chambre individuelle ou chambre partagée (à 2 ou plus) et parties communes – entièrement équipés (électro-ménager, climatisation …). Les prix varieront d’environ 150€ à 350€.

Tout cela est affaire de choix personnels (indépendance ou au contraire une vie sociale plus importante, la volonté de cuisiner ou pas …), et bien entendu de votre budget.

Voilà donc les questions essentielles à considérer avant de partir vivre et étudier au Japon.

Lorsque vous interrogez les gens qui ont étudié au Japon sur leur expérience, les réactions sont toujours positives. C’est une expérience extrêmement enrichissante sur le plan personnel – voire professionnel. Mais tous vous diront aussi à quel point il est important de bien se préparer. Se préparer est rassurant. Et cela donnera le ton à votre séjour. Tout au long de votre préparation, et même sur place, vous aurez de nouvelles interrogations. Mais ces quelques questions dont nous venons de parler devraient servir de socle à votre grand projet.

Bien sûr, n’hésitez pas à nous contacter (info@motivistjapan.com) si vous avez des questions !

 

Reasons to study in Japan